De ce a murit medicul Simona Zahan?

Simona Zahan era unul dintre cei 3000 de medici romani care lucreaza in Franta. ERA pentru ca spitalul din Châteauroux a anuntat cu ceva timp in urma ca tanara ‘s-a sinucis’, in urma injectarii unei doze de produse mortale

Medic anestezist in varsta de 37 de ani, Simona era casatorita cu un doctor care urma sa se angajeze la serviciul de ambulanta din acelasi oras, avea un baiatel de 6 ani si locuiau de 4 ani in Franta.

Familia ei din Romania este socata de ipoteza avansata de presa si politia din Franta. Sora Simonei, care este procuror in Bucuresti a declarat ca documnetele medicale nu sustin in niciun fel varianta sinuciderii si ca de fapt, tanara a murit din cauza epuizarii. De altfel, se stie ca lucrase timp de 78 de ore non-stop inainte de tragicul sau deces.

Mama si sora sa vor de altfel sa dea in judecata presa franceza care a raspandit varianta sinuciderii.

Simona si sotul ei lucrasera inainte intr-un spital din Timisoara si in urma cu 4 ani plecasera in Franta pentru o viata mai buna. Acum va fi inmormantata in comuna gorjeana Scoarta, alaturi de bunicii care au crescut-o.

Garaj Auto Romanesc, Mecanici Romani in Londra 07951900244 Meadow Industrial Estate Unit 9, Dale Cl, Barnet, Greater London EN5 1AU
Garaj Auto Romanesc, Mecanici Romani in Londra 07951900244 Meadow Industrial Estate Unit 9, Dale Cl, Barnet, Greater London EN5 1AU

2 Comments

  1. Un précédent en mars 2014

    A Châteauroux, ce drame a évidemment fait rejaillir les souvenirs d’un terrible précédent : le dimanche 16 mars 2014 au matin, Simona Zahan, avait été retrouvée morte dans les locaux de l’hôpital. L’enquête devait révéler que ce médecin anesthésiste de 37 ans avait mis fin à ses jours en s’injectant des produits habituellement utilisés au bloc opératoire.
    En septembre de la même année, le rapport relatif à l’accident mortel de Mme Zahan rédigé par l’inspection du travail, pointait du doigt des dysfonctionnements liés notamment à une importante surcharge de travail. La direction de l’hôpital avait répondu en évoquant « de pures conjectures » et en indiquant que les griefs présentés dans le rapport étaient « sans lien avec le suicide du docteur Zahan. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*